La progression

Dans une vie de karateka, une étape importante est l’acquisition de la ceinture noire (dan). En effet, l’acquisition du 1er dan signifie que le pratiquant possède les bases du style. Ce n’est pas pour autant que l’apprentissage soit terminé, bien au contraire. Avant ce grade, on reste un débutant.    

En France, le passage de dan est national et géré par la Fédération française de Karaté (FFKAMA). En revanche, c’est le Senseï (maître) qui attribue au sein du club les grades inférieurs, les kyù, matérialisés chez les enfants par les diverses ceintures de couleur. Un adulte ne portera qu’une ceinture blanche, puis marron (du 3e au 1er kyù ) et enfin noire (à partir du 1er dan).

L’obtention des kyù et le changement de couleur de ceinture montrent le cheminement du débutant parfait (10e kyù) au gradé suffisamment exercé pour présenter son 1er dan (1er kyù).

Chaque kyù est divisé en 3 classes représentant le niveau du pratiquant. 

– 1ère classe : maîtrise parfaitement le niveau du kyù. 

– 2ème classe : maîtrise le niveau du kyù, mais peut encore progresser. 

– 3ème classe : possède le niveau minimum pour le kyù. 

On parlera ainsi d’un karatéka 5ème kyù 2ème classe, plus rapidement 5 – 2. 

 

Dans notre club, les élèves débutants se présentent ainsi deux fois par an devant le Senseï pour que celui-ci juge de leur progression.

Selon le programme fixé par le Senseï et le niveau déjà atteint, ils présentent kyon, kata et kumite. Plus le niveau est haut, plus les attentes sont grandes : les techniques à exécuter deviennent plus élaborées, vitesse, précision et contrôle sont de rigueur. Le Senseï donne ensuite son niveau à l’élève. 

Si l’acquisition d’un grade est la reconnaissance d’un travail continu bien accompli dans un état d’esprit exemplaire, le karateka se doit de le faire vivre dans l’esprit du Budo…. 

Ci-dessous un tableau synthétique de la progression